• Trump menace la France et L'Allemagne

    En campagne pour sa réélection, Donald Trump a déclaré samedi que si la France et l'Allemagne ne rapatriaient pas leurs ressortissants qui ont combattu dans les rangs de Daesh, les États-Unis les laisseraient se diriger vers leurs "foutues frontières".

    Donald Trump au Values Voter Summit à Washington, le 12 octobre 2019.© Marion - Rsn Network

    " Donald Trump au Values Voter Summit à Washington, le 12 octobre 2019. "

    Moins d'une semaine après l'annonce du retrait des troupes américaines du nord de la Syrie, qui a été suivi par le lancement d'une offensive turque dans cette zone contre une milice kurde, Donald Trump a évoqué la question des jihadistes européens de Daesh.

    Le président américain s'exprimait samedi à Washington à la tribune du Values Voter Summit, comme l'a notamment repéré LCI. Une tribune dont il a profité - entre autres - pour justifier sa décision de retrait des troupes américaines du nord de la Syrie, estimant que les États-Unis ont "fait le boulot" en battant Daesh.

    "Nous n'allons pas les prendre"

    Mais le milliardaire ne s'en est pas tenu là, et a également exhorté les pays européens, citant nommément la France et l'Allemagne, à rapatrier les combattants de l'organisation terroriste ressortissants de leur pays. 

    "(Les combattants de Daesh) viennent d'Allemagne, ils viennent de France, ils viennent de nombreux autres pays d'Europe. Ce sont leurs citoyens. Je les ai appelés (les dirigeants européens, ndlr), et j'ai dit: 'Vous devez rapatrier vos combattants. Ils ont dit non, nous ne voulons pas. Alors je leur ai dit: 'Vous ne comprenez pas, nous n'allons pas les prendre, nous ne voulons pas d'eux, nous n'allons pas les enfermer à Guantanamo ou dans nos prisons américaines. Ils viennent de France, ils viennent d'Allemagne. Dans beaucoup de cas ils sont citoyens. Je les ai rappelés et dit: 'Vous devez les reprendre ou nous allons les laisser se diriger vers vos foutues frontières'."

    Dimanche, les autorités kurdes ont annoncé la fuite de près de 800 proches de jihadistes étrangers de Daesh. Ils se trouvaient jusque-là dans un camp de déplacés du nord de la Syrie, non loin des zones de combats entre les Kurdes et les forces turques.

    Selon des informations de Libération publiées en avril dernier, le gouvernement français avait préparé le rapatriement de jihadistes français se trouvant dans le Kurdistan syrien, mais n'aurait jamais lancé l'opération en raison de la forte hostilité de l'opinion publique.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :